Votre voyage en TGV dans le futur


Lorsque Voyages SNCF nous a demandé, à Pierre Matuchet, Directeur Marketing de Voyages SNCF, et à moi-même, d’animer l’atelier « Objets Connectés : nouveaux usages, nouveau business, nouvelles opportunités », nous avons essayé d’imaginer le voyage en TGV dans le futur, voyage que je vais vous raconter ici.

Demain, nous sommes le 16 octobre 2025 et Paul doit se rendre à Marseille pour la journée.

Paul joint le service de réservation de la SNCF via l’application mobile en parlant à sa montre.

Une voix l’accueille et lui demande ce qu’elle peut faire pour lui : Paul lui dit qu’il a besoin d’un billet A/R Paris-Marseille en 2ème classe pour un départ demain, sachant qu’il doit être à Marseille au plus tard à midi et souhaite repartir le soir même pour être de retour chez lui vers 22H. Le service réservation lui propose alors de prendre à l’aller le train de 7h37 et celui de 18h14 au retour.

En cas d’indisponibilité, le service de réservation aurait pu lui proposer d’autres moyens pour se rendre à Marseille, comme louer un véhicule autonome (sans conducteur) via OuiCar ou lui indiquer quels sont les véhicules en co-voiturage via iDVRoom qui se rendent à Marseille. Le service de réservation aurait même pu lui proposer de prendre l’avion s’il n’y avait pas eu d’autre choix.

Il reçoit une notification sur sa montre, lui demandant s’il souhaite prendre un petit-déjeuner dans le train demain matin. Il réponds oui. On lui indique par ailleurs que Jean, un de ses contacts sur Twitter, sera dans le même train et on lui demande s’il souhaite voyager en sa compagnie. Il réponds oui à nouveau.

Le lendemain matin, il arrive à la gare de Lyon vers 7h et il reçoit une notification disant : « Bonjour Paul, j’espère que vous allez bien. Vous pourrez monter dans votre train d’ici 16 minutes, voie H, Hall 2. Votre ami Jean est arrivé. Voulez-vous le retrouver avant de monter dans le train ? » Il réponds oui et on lui indique alors où retrouver Jean à qui sa présence est également signalée.

Paul s’apprête à retrouver Jean et en passant devant un panneau d’affichage (qui l’a reconnu), il voit que son groupe préféré se produit à l'Olympia. Paul signale alors au panneau (tous les panneaux sont désormais équipés de Touch Screen) qu’il souhaite acheter 2 places et il peut choisir l’emplacement à partir du plan de la salle qui s’affiche sur le panneau. Sa commande est enregistrée et à aucun moment, il n’a du saisir des informations le concernant.

Paul retrouve Jean et ensemble ils se dirigent vers le quai. Le chef de bord vient les accueillir avant de monter dans le train, les remercie de leur fidélité - il est vrai qu’ils prennent très souvent le train - et leur dit les avoir upgrader en 1ère classe. Autant vous dire qu’ils sont ravis !

Ils vont s’asseoir à leur place. Le fauteuil reconnait Paul et s’adapte automatiquement à sa morphologie. Paul sort sa PaperTap, un écran qui a l’épaisseur d’une feuille de papier qu’il est possible de plier et de déplier à sa guise, qu’il pose sur la table devant lui et elle se connecte automatiquement au réseau du train.

Ses sites d’information préférés s’affichent à l’écran. On lui propose d’écouter le nouveau titre de l’un de ses groupes de musique préférés ou encore de voir un film qui pourrait lui plaire (en tenant compte de la durée du trajet). 20 minutes après le départ du train, une personne vient leur servir le petit-déjeuner.

Par ailleurs, fini les contrôles à bord : le train vérifie lui-même que Paul a bien acheté un billet (et qu’il bien donc une place à bord du train). Si une personne monte dans le train sans avoir payé sa place, le service client sera immédiatement prévenu et pourra demander au personnel d’aller à la rencontre de cette personne afin qu’elle puisse s’acquitter du prix du billet. S’il n’y a plus de place à bord, cette personne sera invitée à prendre un autre train.

Durant le voyage, Paul peut à tout moment consulter mes messages électroniques et aussi accéder à tous ses dossiers qui se trouvent sur mon cloud et les lire sur sa PaperTap.

30 minutes avant d’arriver à Marseille, compte tenu du trafic dans la ville et de la localisation du lieu où Paul doit se rendre, on lui propose de réserver un iDCAB sans chauffeur ou de louer une Zipcar, voire une motolib ou encore une trottinette électrique (car il fait beau). Dans tous les cas, on lui indique que le trafic est fluide et qu’il sera à l’heure à son rendez-vous, quelque soit le mode de transport choisi. Paul règle sa réservation à partir de son compte SNCF et ainsi cumuler des points. À aucun moment, il lui a fallu sortir sa carte de crédit.

Paul enchaine les réunions et la dernière dure bien plus longtemps que prévu. Comme il pouvait le craindre, en arrivant à la gare, il apprend que son train est déjà parti mais la SNCF a bien entendu tout anticipé : non seulement elle lui a réservé une place dans le train suivant, à côté de Jean qui lui aussi a raté son train, mais en plus ils ont prévenu son épouse de son retard.

Par ailleurs, la SNCF sait que Paul et Jean sont des fans de foot. Un agent vient à leur rencontre et leur propose de suivre dans le train le choc PSG-Real en direct, avec un casque Oculus. Match que Paul et Jean vont bien entendu largement commenter sur les réseaux.

Pendant la mi-temps, Paul réserve un iDCAB qui l’attendra à la Gare de Lyon et au même moment, Amazon le prévient que les livres qu’il commandé hier l’attendront dans le véhicule.

A travers ce « voyage dans le futur », force est de constater que les enjeux ne s’arrêtent pas aux objets connectés mais englobent la collecte de données et leur gestion que ces objets permettent de faire.

La SNCF connaîtra ainsi beaucoup mieux ces millions de clients et pourra délivrer à chacun d’eux un service personnalisé, à tout moment, peu importe l’endroit.

Voyager en TGV n’aura jamais été aussi agréable !

#DIGITAL #FUTURISTE